La boutique de jeux téléchargeables XBLA de Microsoft a-t-elle perdu ses plumes?

La boutique de jeux téléchargeables sur Xbox, le Xbox Live Arcade, a précédemment connu beaucoup de succès. Les gros hits en matière de jeux téléchargeables artistiques comme Braid et Limbo ont souvent débuté sur XBLA. Cependant, depuis la dernière année, on commence à entendre de plus en plus de critiques à propos de la boutique de Microsoft. Les développeurs indépendants se plaignent que Microsoft est très dur en négociation, qu'ils changent les contrats ou ne les respectent pas et qu'ils font des demandes démesurés ou irréalistes envers les petits développeurs.


Une des première fois où nous avons entendu parlé de ces critiques fut après le lancement de Super Meat Boy, un jeu qui était très attendu sur XBLA. Après le lancement sur Xbox et sur Steam, les 2 gars de l'équipe Team Meat ont écrit un post-mortem sur leur expérience de création du jeu. Ce texte a fait le tour des sites de jeux vidéo, en grande partie à cause des critiques virulentes envers Microsoft. La compagnie avait promis beaucoup de marketing si Team Meat réussissait à sortir le jeu 2 mois plus tôt soit à temps pour une promotion automnale. Team Meat a dû faire un crunch time absolument inhumain pour finalement constater que Microsoft n'a presque rien fait en terme de marketing. Vous imaginez leur déception. Edmund McMillen et Tommy Refenes, les deux comparses de Team Meat explique leur expérience à travers le développement de Super Meat Boy dans un post-mortem publié sur Gamasutra:
[Edmund McMillen et Tommy Refenes, «Postmortem: Team Meat's Super Meat Boy», Gamasutra]


Ensuite, c'est au tour de Ron Carmel, un des 2 gars de 2D Boy (les développeurs de World of Goo), de poser la question à savoir si Microsoft ne serait pas en train de se tirer dans le pied avec leurs politiques de qualité sur XBLA. Carmel a fait plusieurs sondages auprès de petits studios indépendants pour savoir quelles sont leurs plateformes de développement principales (XBLA, PSN, iPhone, Steam, etc.) et comment sont leurs relations avec les propriétaires de ces plateformes (Microsoft, Sony, Apple, Google, etc.). Les résultats sont assez clairs: les développeurs, en moyenne, n'aiment vraiment pas travailler avec Microsoft. Je vous suggère fortement d'aller lire l'article complet, où Ron Carmel explique en détail comment il a mené son sondage et ce que les résultats veulent dire pour l'avenir des plateformes téléchargeables. Il explique même comment Microsoft pourrait rectifier le tir et remettre sa boutique XBLA sur pieds.
[Ron Carmel, «Is XBLA past its prime?», 2D Boy]


Finalement, un article sorti cette semaine nous parle plus en détails de cette fameuse expérience pénible qu'est de travailler avec Microsoft. L'auteur a interviewé plusieurs studios indépendants, notamment les créateurs de Machinarium, de Fez ou de Retro City Rampage. L'article contient plusieurs témoignages sur leur expérience à développer des jeux sur XBLA et pourquoi plusieurs d'entres eux ont abandonné leurs projets. Sont notamment pointés du doigt les contrats d'exclusivité trop exigeants que Microsoft demande. En gros, si vous voulez sortir un jeu sur XBLA, il doit sortir là en premier. Et si vous avez déjà publié votre jeu ailleurs, c'est trop tard. Pire encore, même si Microsoft accepte de publier votre jeu, ils peuvent changer d'avis à n'importe quel moment et pour n'importe quelle raison. S'ils décident qu'il y a trop de jeux de plateformes de sortis cette année, ils peuvent annuler votre contrat sans autres raisons. Même si ça fait plus d'un an que vous avez travaillé dessus et que vous vous êtes endetté pour ça. Pour des développeurs indépendant avec presque pas de budget, c'est impossible de survivre dans un tel contexte.
[Wesley Yin-Poole, Making an XBLA Game: The Inside Story, Eurogamer]


À la lecture de ces trois articles, on vient à se demander si XBLA ne serait pas devenu un gros piège à développeurs indépendants. À tout de moins, on peut dire avec certitude que les heures de gloire de la boutique online de Microsoft qu'on connu les Braid et les Castle Crashers de ce monde semblent bel et bien passée. À une certaine époque, il s'agissait de la seule voie possible et rentable pour publier un jeu indépendant. Mais les choses ont changé dans les dernières années. La boutique Steam et le App Store d'Apple propose un chemin facile et rentable pour les développeurs. Microsoft n'a plus l'exclusivité, mais continu de se comporter comme tel. À moyen et long terme, c'est très mauvais pour la réputation de la boutique, sans compter que cela va se traduire par une baisse du nombre de jeux intéressants pour nous, les joueurs. Ron Carmel proposait plusieurs solutions que Microsoft devrait envisager. Le temps nous dira si ces solutions vont être appliquée et si Microsoft va changer de ligne éditorial ou si, comme c'est le cas présentement, ils vont continuer de s'en foutre un peu.

2 commentaires:

  1. En parlant de plateformes de vente en ligne, Nintendo est en train de décider du système qu'ils veulent employer pour leur magasin sur la Wii U. Origin par EA ou Steam par Valve http://global.christianpost.com/news/wii-u-release-date-new-system-to-feature-ea-origin-and-valve-steam-service-61681/

    RépondreEffacer
  2. ouain pi parait que origin a une longueur d'avance...mais ya rien de décidé encore
    -guillaume

    RépondreEffacer