Regards vers le futur - Partie 4 de 5

Vous ne vous y attendiez plus, hein? Moi non plus. Mais comme dit le vieux proverbe: mieux vaut huit ans plus tard que jamais!

(Ou du moins, mieux vaut se sortir du jus étudiant avant de replonger dans l'océan du pitonnage...)

Trêve d'excuses!

Les titres suivants ne semblent pas en voie de contribuer à une quelconque révolution dans l'art du jeu vidéo. Il s'agit de quatre jeux d'action d'origine japonaise, à propos desquels je ne sais pas vraiment grand-chose, si ce n'est qu'ils ont l'air de miser à fond sur des traditions de genre bien établies. Je les inclue principalement dans l'intérêt de la diversité, mais aussi parce que chacun fait la promesse d'une esthétique rafraîchissante et d'une expérience de jeu captivante, ce qui même au seuil de 2011 demeure un exploit admirable en soi.



MALICIOUS

Cette sortie téléchargeable est en fait déjà disponible sur le PlayStation Network japonais, et y aurait apparemment trouvé un bon succès. Sans être le seul gage d'intérêt de la chose (cette démonstration du jeu en action est assez alléchante), la bande-annonce ci-dessus nous en dit amplement sur le contenu auquel s'attendre: un décor d'inspiration médiévale, un arsenal de manoeuvres parfaitement démentes, et une belle panoplie de "boss" gigantesques. Avons-nous affaire à un coup de maître dans un genre récemment dominé par Bayonetta? Nous le saurons si jamais le jeu parvient jusqu'à cette partie du globe.



EL SHADDAI: (attention...) ASCENSION OF THE METATRON (!!!)

Ici, tout l'attrait semble reposer sur la direction artistique et la thématique biblique. Terrasser des serviteurs d'on ne sait quelle force maléfique avec un assortiment d'armes tranchantes et contondantes? Personellement, j'ai eu ma dose avec les trois God of War, merci beaucoup. Mais le faire au Royaume des Cieux, englouti par les couleurs pastel, les créatures au design inventif, les effets picturaux d'une belle matérialité (vagues échos d'Okami) et les environnements psychédéliques? Voilà qui pourrait être enivrant. Là aussi, reste à voir si le jeu sera distribué en Amérique du Nord. Suivez ce lien pour un aperçu un peu plus substantiel.



SHADOWS OF THE DAMNED

Pour être franc, je n'ai vraiment pas été convaincu par mon premier contact avec cette production de Grasshopper Manufacture, dont le principal argument de vente est la collaboration entre les célèbres designers Shinji Mikami (Vanquish, Resident Evil 4) et Suda 51 (No More Heroes, Killer7). Mais quelques mois ont passé, je revois la bande-annonce aujourd'hui, et j'attribue le gros de mes impressions négatives à l'horrible morceau de métal générique qui l'accompagne. Là où j'y percevais une tentative désespérée de courtiser le marché occidental, j'y retrouve maintenant le sens de l'excès grotesque pour lequel les deux maîtres d'oeuvre sont bien connus (à commencer par la "mexicanité" ridicule du protagoniste), et un style visuel assez culotté, aux contrastes prononcés. En attendant la prochaine sortie de Platinum Games, Shadows of the Damned (quel titre quand même...) pourrait très bien combler notre soif d'action débile.



DEVIL'S THIRD

Des quatre aperçus ici inclus, celui de Devil's Third est sans doute celui qu'il faut prendre avec le plus gros grain de sel: sa sortie n'est pas prévue avant 2013, et l'unique vidéo disponible pour l'instant camoufle à peine les signes d'un développement n'ayant pas encore atteint l'étape du polissage (particulièrement dans les modèles de personnages). C'est le nom de Tomonobu Itagaki, designer en chef des moutures contemporaines de Ninja Gaiden, qui assura au projet une promotion pour le moins précoce, mais cette bande-annonce divertissante laisse tout de même présager un jeu croustillant à souhait. Les décors de ruelles et de chantiers de construction suggèrent un usage intéressant de l'espace urbain, tandis que les acrobaties étalées à la grandeur apportent au carnage une indéniable valeur spectaculaire. À condition de garder l'action fluide et satisfaisante, Devil's Third pourrait très bien s'attirer la faveur que WET, l'exercice de style plutôt similaire du développeur montréalais A2M, n'a pas reçu de son public-cible.

Pour conclure, petit récapitulatif interne. Toujours dans le bassin nippon, mon collègue narF a déjà fait connaître son intérêt pour Child of Eden, Mathieu a brièvement salivé sur Catherine, et Blob a exprimé notre enthousiasme collectif pour The Last Guardian, dont on espère vivement la sortie en 2011. Ces trois mêmes compères se sont excités à l'idée de Phoenix Wright et Professor Layton rassemblés sur 3DS (DANS LE MÊME JEU!!!). Je m'engage finalement à suivre le développement de "Project Dark", le successeur de Demon's Souls, dans lequel je compte bien mordre au cours des prochaines semaines.

4 commentaires:

  1. Wow! Quelle déception quand même pour Shadows of the Damned. C'est la première fois que je vois quoique ce soit à propos du jeu créé en tandem par Suda51 et Shinji Mikami. Pis je suis déçu là. C'est vraiment *pareil* à No More Heroes. La bande-annonce est pareille au début de NMH 1. Genre pareille. Il dit presque la même chose! La seule différence, c'est que c'est la nuit. Ce jeu là, c'est vraiment No More Heroes avec la noirceur et les démons de Resident Evil/Castlevania/Devil May Cry. Et je trouve que ça marche pas trop. C'est trop "sérieux". Même si le jeu n'as pas l'air de se prendre trop au sérieux, il le fait quand même beaucoup plus qu'avec NMH. Ils veulent vraiment faire de l'argent avec celui là. Peut-être que Suda51 veut absolument faire un jeu à succès pour se débarasser de sa réputation que ses jeux ne vendent pas beaucoup...

    RépondreSupprimer
  2. En tout cas, les japonais sont vraiment en mode «produisons des ersatz de jeux américains»

    RépondreSupprimer
  3. Ouais hein! C'est genre trop pas rapport, mais Travis Touchdown dans NMH était pareil. Il parle à la caméra. Il dit au joueur: HEILLE! JE SUIS MEXICAIN LÀ! OK? VA PAS PENSER D'AUTRES CHOSES!

    RépondreSupprimer